bénévolat

La fin d’une aventure…

Aujourd’hui un bon gros coup de gueule à pousser ! Car parfois cela fait du bien, surtout lorsque l’on a vécu une déception ! Le temps de digérer, une longue réflexion pour en venir à la fin d’une aventure !

En effet, suite à mon article sur ma dernière livraison, Marie-Thérèse et Stéphanie m’ont demandé quand je ferai une prochaine livraison pour les Restos du cœur. J’avais répondu que je ne savais pas encore s’il y aurai une prochaine livraison, la responsable du gros centre venant de changer, et j’avoue que je sentais un flottement. J’avais toutefois envisagé l’organisation d’un challenge courant janvier pour une livraison aux alentours de Pâques…

Mais après mures réflexions, tergiversations… j’ai pris la décision d’arrêter mes collectes en faveur des bébés des Restos du cœur 21.
Vous savez que j’y ai mis beaucoup d’énergie et de temps, et que j’y tenais particulièrement ; c’est donc une décision très difficile.

Je vous dois quelques explications ; je n’arrête pas faute de besoins, bien au contraire, les besoins n’ont jamais été aussi importants !

Seulement, plusieurs facteurs ont joué :

  • la responsable a effectivement changé, et il a fallu la tarabuster, ou plutôt revenir à la charge plusieurs fois pour obtenir un retour sur ma proposition de date de livraison ; 1er point qui m’a agacé d’autant que je dois m’organiser pour dégager de la disponibilité sur mon temps de travail.
  • Ensuite, le moment même de la livraison fut fortement décevant. En effet,  j’ai été « accueillie » par 2 personnes qui s’en contrefoutaient et qui ne m’ont pas adressé la parole, ni aidé à décharger… de plus je n’ai pas vu la nouvelle responsable qui était pourtant au courant de ma venue ; je n’ai donc pas pu faire le point avec elle ni échanger sur le contenu de ma livraison, ce qui pour moi est un manque total de respect envers les donatrices et moi-même. En tout et pour tout, cela aura duré 5 pauvres minutes !


Il faut savoir que je fais de 2 à 3 livraisons par an, et cela me prend à chaque fois 2 heures aller-retour de route, pour environ 20 euros de dépenses d’essence… Sans compter les heures passées à collecter, emballer, rapiécer, tricoter… la matériel… Je pense que ceci mérite un tout petit plus de respect. Je ne demande rien d’autre.

Je vous avoue que depuis plusieurs jours j’étais un peu déprimée et chagrinée par tout ça… cela a du d’ailleurs se ressentir. Voilà, la mort dans l’âme j’ai fini par décréter que je ne supporterai pas de continuer dans cette optique là.

Je garderai de cette belle aventure de tout juste 2 années, beaucoup de jolis échanges et partages, de la bienveillance, du talent das la confection, et de la générosité à l’état pur. Je vous remercie toutes de m’avoir aidée et/ou soutenue dans ce projet, et surtout d’avoir permis grâce à vos doigts de fée et votre gentillesse d’accueillir des centaines de bébés démunis dans la chaleur et la tendresse. Ce fut ma petite bulle de bonheur d’œuvrer ensemble pour ces bébés…

Je reste néanmoins une bénévole active qui va continuer à jouer des aiguilles et du crochet pour d’autres coordinatrices et structures. Le challenge de Thali pour le Noël des petits lutins de Saint-Vincent-de-Paul est mon projet solidaire en cours. Je sais que vous serez nombreuses à y participer également.

J’organiserai peut être des challenges pour d’autres associations, et je pars en quête d’une autre structure à aider près de chez moi…

 

bénévolat·layette pour les Restos du coeur 21

Livraison pour les Bébés des Restos du coeur (21)

Le bénévolat réserve toujours de tendres et jolis partages, de belles surprises, des échanges émouvants et gratifiants, des rencontres étonnantes. Tout ceci donne du sens à ce que nous faisons ensemble, du réconfort pour tous, ceux qui donnent, ceux qui reçoivent..

Voici donc un petit tour des ouvrages collectés pour ce semestre.

Tout d’abord un ENORME MERCI à Annie (Mammig) qui m’a fait parvenir plusieurs colis, dont de très gros cartons de layette et jolis vêtements bébés neufs et de ses petits enfants, le tout emballé et prêt à l’emploi (ce qui me permet de gagner un temps précieux, encore merci Annie) ; et Florence m’a également fait parvenir des petits vêtements (bodys, pyjamas, en taille 3 mois), des paletots, des ensemble brassières-bonnets et un anneau de dentition girafe. Merci beaucoup Florence. Claude, l’amie d’Annie a réalisé 2 écharpes, 1 gigoteuse, 1 grenouillère, 2 petits pulls sans manche, des ensemble naissance et couvertures. Monique que je remercie aussi, m’a quant à elle envoyé un joli cardigan en 9 mois. Marie-Thérèse et une de ses amies m’a transmis de la layette et une couverture qu’un don de 3 pelotes (merci beaucoup à vous 2).

Je n’ai plus eu qu’à classer tout ça par taille. Je n’ai pas voulu tout déballer pour prendre des photos, vous aurez donc juste les images des cartons :

Vêtements 3 mois.

Poursuivre la lecture « Livraison pour les Bébés des Restos du coeur (21) »

bénévolat·crochet·layette·tricot

Le tricot solidaire

Layette pour les bébés des Restos du coeur 21. Réalisation de cet été pour une prochaine livraison.

Le tricot solidaire peux prendre de multiples visages, mais le point commun réside toujours dans une belle aventure, pleine de générosité et de partage. Un peu de fil pour réchauffer, un peu de fil pour mettre du baume au cœur, un peu de fil pour rassembler… Et nous voilà partis dans une ronde collective qui franchit parfois les frontières et va loin.

Aline du Blog Tricot a eu la très bonne idée d’y consacrer un billet très complet à lire ici. Ce billet présente non seulement différentes actions solidaires autour du fil, mais également ce qui se cache derrière.

Thali a quant à elle écrit un article dont j’ai pris connaissance récemment, et dans lequel elle définit les bienfaits du tricot solidaire notamment grâce au terme anglo-saxon Random acts of kindness ». En lisant cet article, j’ai compris certaines choses, pu mettre certains mots sur les émotions qui m’envahissent lorsque je tricote solidaire ou que je reçois des tricots pour les bébés des Restos du cœur. La gratitude, le fait d’être content de soi, la joie d’offrir… à chacune d’y trouver ce qu’elle peut ressentir de plus profond en elle. Mais cela va bien plus loin, car il semble que ces actions solidaires aient un réel capital bénéfique sur notre santé, notre cerveau et notre cognitif, puisqu’elles rassemblent des personnes isolées autour d’un même projet, elles créent du lien.

Dans cette lignée, Aline a consacré une jolie interview à Thali. Vous pouvez la découvrir par ici. Si vous ne savez pas tout sur elle, vous y découvrirez son riche parcours, ses nouveaux projets…

Thali m’a également mis en relation avec Aline. Je l’en remercie beaucoup. De nos échanges est née une autre interview dans laquelle je partage ma conception du blogging et du tricot solidaire. Elle est à découvrir ici. Je me suis laissée guider par les questions d’Aline qui m’ont permis de développer sur ce sujet qui me tient à cœur.

J’espère que ces interviews de Thali et moi inspireront d’autres tricoteuses/crocheteuses à se lancer dans le solidaire, et pourquoi pas à participer aux challenges proposés. Thali et moi essayons d’organiser des actions dans la plus grande convivialité et avec un encadrement assez pointu afin que chacune se sente accompagnée au mieux et prenne un maximum de plaisir.

En attendant, je remercie infiniment toutes celles sans qui je ne pourrai avancer seules dans mes projets et challenges solidaires. Je sais qu’elles se reconnaîtront.

 

bénévolat·crochet·doudous et amigurumis

Une poupée pour les femmes en grande précarité

Il y a 4 mois, Rose Pierret, créatrice de Rose Et puis c’est tout et auteure du livre Mes poupées en crochet (Marabout), a lancé le projet Mailles Heroines :

(…) le 8 mars dernier, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, elle lance un appel à l’ensemble de ses abonnés : « ce que j’ai en tête, c’est une exposition non pas de mes poupées, mais de NOS poupées crochetées, qui seront un hommage aux femmes, aux héroïnes, à celles qui ont à vos yeux, comme le dit la définition d’une héroïne, « de l’élévation dans les sentiments et dans la conduite ». Je souhaite que se côtoient des poupées représentant les femmes qui ont changé la vie de leurs concitoyennes, de la société par leurs actes, leurs conduites, leurs recherches, leur volonté, et celles qui ont changé, marqué votre vie, les femmes de votre quotidien, qui vous ont marquées et que vous considérez comme une héroïne. »
Rose imagine un tutoriel pour le corps de la poupée, aux autres crocheteuses (dont certaines se sont mises au crochet spécialement pour le projet appelé « Mailles Héroïnes ») de jouer ! Et elles répondent présentes ! Près de quatre mois après son message, elle a reçu près de 200 poupées, plus belles les unes que les autres. « Les filles se débrouillent super bien, je suis bluffée ! Leurs poupées sont magnifiques et pleines de sens », s’enthousiasme Rose.

(…)

Elles seront vendues du 27 novembre au 1er décembre, lors du salon Création et savoir-faire à Paris. La somme collectée sera reversée à l’association « Avec elles ». Créée en 1996, « Avec elles » accueille des femmes qui vivent dans une grande précarité matérielle et morale pour leur offrir quelques instants d’écoute et de partage dans un lieu apaisé. Reçues dans les locaux de l’association une journée par semaine, des femmes de toute origine et de tout âge, seules ou accompagnées de jeunes enfants, peuvent profiter d’un temps de convivialité et d’échanges autour d’un repas préparé toutes ensemble ; de moments de découvertes culturelles (musées, expositions, concerts) ; d’un temps pour des activités manuelles. Elles ont aussi la possibilité, en cas de besoin, de prendre une douche, de laver du linge ou de recevoir des vêtements.

Extraits Loiret.fr

Impossible pour moi de ne pas participer à une telle jolie action. Les poupées étaient à envoyer d’ici la fin juin, la mienne est arrivée aujourd’hui avec un petit retard, mais heureusement à temps.

J’ai donc choisi mon modèle, la pantomime et écrivaine Colette.

Voici ma réalisation de Colette « Rêve d’Égypte », époque où elle était pantomime :

Colette, pourquoi ce choix ?

Sidonie-Gabrielle Colette, née le 28 janvier 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne) et morte le 3 août 1954 à Paris, est une femme de lettres française, connue surtout comme romancière, mais qui fut aussi mime, actrice et journaliste de guerre.

Colette est la première femme présidente de l’Académie Goncourt entre 1949 et 1954.

C’est aussi une de nos grandes féministe à la charnière des 19e et 20e siècle.

« Une femme qui se croit intelligente réclame les mêmes droits que l’homme. Une femme intelligente y renonce. » (Colette)

Écrivaine indépendante qui a considérablement marqué son époque et durablement bousculé les mentalités. Les femmes d’aujourd’hui lui doivent beaucoup…

Elle eut l’audace inouïe de revendiquer le plaisir féminin et d’en faire un thème romanesque, sur la scène du Moulin-Rouge, thème qui choqua le public (avec, en point d’orgue, un baiser langoureux échangé avec la duchesse de Morny, dite Missy) et régala les gazettes, et qui conduisit le préfet de police à suspendre les représentations…

Rêve d’Egypte, le scandale du Moulin Rouge (iconographie de la poupée mailles héroïnes)

En 1907, Colette se produit au Moulin Rouge avec son amante de l’époque, Mathilde de Morny, plus connue sous le pseudonyme de « Missy ». L’argument de la pièce a été écrit par cette dernière : il met en scène un égyptologue qui tombe amoureux d’une momie revenue à la vie. Missy, dont la bonne société moque son port du pantalon et colporte à qui veut l’entendre qu’elle se fait appeler « oncle Max » interprète l’égyptologue tandis que la momie est jouée par Colette. Le sujet exotique offre à la jeune femme le prétexte pour arborer un costume très minimal et hautement érotique.

Pourtant, le scandale ne vient pas de la quasi nudité de Colette : plus encore, c’est la présence de Missy sur scène qui choque l’opinion. Car Mathilde de Morny n’est pas n’importe qui, elle est marquise de Belbeuf. Et, en 1907, on ne saurait tolérer qu’une femme de rang aristocratique se produise dans une vulgaire revue de music-hall.

La première de la pièce est très chahutée : sifflement, hurlements, jets d’objets divers et variés sur la scène. On moque les mœurs très libérées du couple Colette-Willy, les penchants saphiques de Missy… Dès le lendemain, le Figaro titre « Le scandale du Moulin Rouge » et le préfet de police interdit à Missy de remonter sur les planches. Une seconde représentation a cependant lieu le soir même, sous le titre Songe d’Orient avec Wague  (un jeune homme) dans le rôle de l’égyptologue. Cela ne suffit à endiguer le scandale et, à la troisième représentation, le préfet interdit tout bonnement la pièce.

Plus de 200 poupées on été crochetées, elles sont à admirer sur l’instagram Mailles Heroines 🙂